MENU

MIKAËL TAM : UN PARCOURS QUI L’A MENÉ JUSQU’EN CHINE !

Nous avons profité de cette période de confinement pour prendre des nouvelles de l’un de nos anciens joueurs et capitaine de l’équipe de 2010 à 2012, Mikaël Tam.  Il a évolué pendant cinq saisons dans l’uniforme des Remparts, il a accepté avec plaisir de répondre à nos questions.

 

Remparts :   Mikaël, tu as quitté les Remparts au terme de la saison 2011-2012, parle-nous de ton cheminement chez les professionnels et du chemin que tu as parcouru depuis ?

 

Mikaël :  Après ma dernière saison avec les Remparts, au cours de l’été, j’ai paraphé une entente avec les Bulls de San Francisco de la East Coast Hockey League (ECHL), organisation affiliée aux Sharks de San Jose.   Il s’agissait d’un contrat à sens unique avec la ECHL, mais comme les dirigeants des Sharks m’aimaient bien, ils m’ont offert de participer au camp d’entraînement du club de la Ligue américaine de hockey (LAH) pour avoir la possibilité de changer mon contrat avec une clause pour la LAH.  C’était l’année de l’arrêt de travail dans la LNH et ce fut un camp très relevé.   J’ai connu un bon camp et ils ont finalement décidé de me faire signer un contrat de la LAH avec les Sharks de Worcester où j’ai tout de même joué une partie de la saison, en plus de disputer 35 matchs à San Francisco.

 

Lors de la saison 2013-2014, j’ai passé la majeure partie de l’année avec les Monsters de Lake Erie.   Patrick Roy était devenu l’entraîneur-chef de l’Avalanche du Colorado et il avait dit de bons mots à mon endroit aux dirigeants de l’équipe pour réussir à me faire signer ce contrat de la LAH.  J’ai terminé la saison avec Cutthroats de Denver dans la CHL.  

 

En 2014-2015, je me suis retrouvé dans la ECHL avec les Komets de Fort Wayne et ce fut une année plus difficile.  J’ai subi une blessure à l’épaule qui m’a fait rater la majeure partie de la saison et suis donc demeuré avec les Komets toute la saison, ne jouant que seulement 17 parties.   J’ai tout de même apprécié mon expérience à Fort Wayne, une belle ville de hockey.

 

Pendant l’été 2015, j’ai réfléchi à mon avenir et je voulais essayer quelque chose de différent.  Ça faisait déjà trois ans que je faisais la navette entre la ECHL et la LAH et donc j’ai décidé de partir pour jouer en Europe, d’essayer de faire un bout de chemin là-bas.  J’ai donc signé un contrat dans la Ligue élite de la Norvège pour le Sparta de Sarpsborg.   J’ai adoré mon expérience en Europe. Il y avait moins de matchs et cela m’a permis de voyager un peu.

 

À mon retour de la Norvège, comme j’avais connu une assez bonne saison à Sarpsborg, j’ai évalué toutes mes options, soit de revenir en Amérique du Nord ou de demeurer en Europe.  Finalement, l’offre la plus intéressante que j’ai reçue, avant le début de la saison 2016-2017, est venue de l’organisation des Oilers d’Edmonton qui m’ont offert un contrat à deux volets (LAH et ECHL).  Cette année-là, j’ai joué quelques matchs à Bakersfield dans la LAH et le reste de la saison avec les Admirals de Norfolk de la ECHL, affiliés également aux Oilers.

 

Pendant la saison estivale 2017, j’ai eu une conversation avec mon agent qui m’a parlé du fait qu’il y avait une équipe en Chine qui était en train de se former pour évoluer dans la Ligue de la Russie (KHL) et pour espérer avoir une équipe aux Jeux Olympiques de 2022.   Les dirigeants voulaient avant tout recruter des joueurs de nationalité canadienne, mais d’origine chinoise.   Comme je suis d’origine chinoise, puisque mon père est chinois, j’ai donc décidé de faire le saut en Chine.  Mon statut fait en sorte que je ne suis pas considéré comme un joueur importé, mais comme un joueur local. 

 

Ça fait maintenant trois ans que je fais partie de l’organisation de Kunlun Red Star.  J’ai joué autant des matchs dans la KHL que dans la VHL qui est un peu comme le club-école de la LAH, le club ferme d’une équipe de la LNH.  Les deux équipes sont situées à Beijing et plusieurs joueurs se font rappeler ou redescendre, c’est donc plus facile puisque les équipes sont dans la même ville.   J’adore l’expérience qui, du même coup, me permet de voir du pays, de voir d’où viennent les racines familiales de mon père.  Le fait de jouer dans la KHL, la deuxième meilleure ligue de hockey au monde, représente également une belle expérience pour moi.  Je continue mon parcours professionnel et j’ai la chance d’améliorer mon jeu dans la KHL, une ligue de bon calibre, qui m’offre l’opportunité de le faire.  On s’approche de plus en plus des Jeux Olympiques de 2022 et je dois continuer de progresser comme joueur.  Je désire obtenir ma citoyenneté dans les deux prochaines années et vivre mon rêve de participer à ces jeux pour représenter l’équipe de la Chine.

 

Remparts :  Avec l’organisation de Kunlun Red Star, est-ce que plusieurs joueurs canadiens s’y retrouvent et combien peut-il y en avoir par équipe ?

 

Mikaël :  Notre équipe est composée en majorité de joueurs nord-américains d’origine chinoise, qui proviennent autant du Canada que des États-Unis.   Il y a plusieurs joueurs canadiens, dont Brandon Yip qui a joué dans la LNH pendant plusieurs saisons ou Victor Bartley que les gens connaissent un peu plus parce qu’il a évolué avec les Canadiens puis avec les Prédateurs de Nashville.  Nous avions également plusieurs joueurs qui ont joué dans la LAH, comme Spencer Foo et Tyler Wong.  Nous sommes donc plusieurs joueurs canadiens et nord-américains, soit une quinzaine dans l’organisation pour les deux équipes, celle de la KHL et la VHL.

 

Remparts :  Comment s’est déroulé ta dernière saison avec la Covid-19 qui sévissait déjà en Chine depuis l’automne ?  Aviez-vous des restrictions ?

 

Mikaël :  La dernière saison s’est bien déroulée jusqu’au mois de janvier quand la Covid-19 a commencé à se répandre en Chine.   On y était justement quand les nouvelles ont commencé à sortir à propos du virus et le fait qu’il se répandait tout de même rapidement.  Nous partions sur la route pour une période de sept à huit jours pour jouer des matchs en Russie à la mi-janvier et quelques jours après qu’on soit arrivé là-bas, c’est à ce moment que la situation a commencé à prendre de l’ampleur.   La KHL et la direction de notre équipe ont eu des communications et avec le gouvernement chinois qui avait interdit la tenue de tout événement sportif, la décision a donc été prise de prolonger notre séjour en Russie pour y disputer les derniers matchs qu’on devait jouer en Chine pour terminer la saison.  Nous sommes donc restés pendant un mois et demi en Russie pour compléter la saison régulière.  On a donc réussi à ne pas se retrouver au milieu de la pandémie en Chine quand elle a commencé et que la situation s’est détériorée.

 

 

 

Remparts :  À quel moment les autorités de la KHL ont-ils décidé de mettre fin à la saison et comment s’est passé ton retour au Canada ?

 

Mikaël :  Nous avons été chanceux parce que notre saison n’a pas été affectée puisque nous avons disputé nos derniers matchs en Russie à la fin février et qu’on ne participait pas aux séries éliminatoires.  Donc, quand la saison s’est terminée aux alentours du 21 février, nous sommes rentrés directement chacun chez-nous.   Nous n’avons pas eu besoin de retourner en Chine, puisque quelqu’un de l’organisation avait ramassé tous les effets personnels des joueurs et nous les avait apportés en Russie.  Les séries éliminatoires de la KHL ont commencé au début du mois de mars, mais après le 1er tour, les dirigeants de la Ligue ont décidé de mettre un terme à la saison.  Moi, je n’ai pas été affecté directement, mais pour d’autres joueurs ce ne fut pas le cas.  Mon retour au Canada s’est bien déroulé et j’étais bien heureux de revoir ma famille.  Depuis, on suit les règles du gouvernement et on est confiné comme tout le monde.

 

Remparts :  En terminant, si tu avais un conseil à donner aux jeunes joueurs de l’organisation des Remparts, quel message voudrais-tu leur passer ?

 

Mikaël :  J’ai vécu des saisons incroyables avec les Remparts.  Ce fut une expérience phénoménale.  Le fait d’être un p’tit gars de la ville de Québec et d’avoir grandi en regardant les Remparts, en allant au Colisée voir des joueurs comme Josh Hennessy ou Alexander Radulov, j’avais toujours rêvé de pouvoir jouer pour cette organisation.  D’avoir eu la chance de le faire, de pouvoir rester chez-nous avec ma famille, de jouer tous les soirs au Colisée devant 10 000 personnes et devant mes proches et amis, c’est une expérience que je n’oublierai jamais.  Ces cinq saisons ont été mes plus belles années de hockey avec tout ce que j’ai vécu.  Ça fait déjà huit ans que je joue au hockey professionnel, mais mes meilleurs souvenirs sont avec les Remparts.  Donc si j’avais un conseil à donner aux jeunes joueurs de l’équipe, c’est de profiter le plus possible des beaux moments qu’ils vivent en jouant pour les Remparts, parce que même en passant à un niveau supérieur ou au niveau professionnel, il n’y aura pas d’autres Ligues, à part la LNH, qui va vraiment rejoindre ce que les joueurs vivent avec l’organisation des Remparts, avec les fans et la ville qui nous supportent à tous les soirs.  L’important, c’est d’apprécier toutes les petites choses qu’on a avec les Remparts.  On prend souvent tout pour acquis et on ne s’aperçoit pas de tous les efforts qui sont faits pour le bien des joueurs, que ce soit au niveau de l’équipement, des installations, des voyages de l’équipe, des hôtels, des repas de groupe, etc., il faut en profiter au maximum.   Il faut également vivre le moment présent et comme plusieurs joueurs disent souvent quand ils terminent leur stage junior, tout s’est passé trop vite et c’est vrai, je peux le confirmer.  J’ai joué pendant cinq ans, plus de 300 matchs et le temps a passé très rapidement.   Il faut toujours donner le meilleur de vous-même, tout en espérant que les Remparts connaissent de belles saisons et qu’ils ramèneront un championnat à Québec au cours des prochaines années.

Tam photo-1 Tam photo-2 Tam photo-3

plus de nouvelles
Sylvie Desjardins, héroïne de la pandémie
Il y a 2 jours
Théo Rochette, 89e meilleur espoir du repêchage 2020 de la LNH
Il y a 6 jours
Sept anciens Remparts de retour au jeu ce samedi
Il y a 1 semaine
La LCH désigne son Comité d’examen indépendant - LHJMQ
il y a 2 semaines
Cole Cormier, espoir au prochain repêchage de la LNH
il y a 3 semaines
Jordan Smotherman de retour avec les Remparts
il y a 3 semaines